samedi 10 décembre 2016

Agroécologie


Ces 9 et 10 décembre 2016 s’est déroulé à Bruxelles un forum d’agroécologie (www.agroecologyinaction.be)


Durant deux jours, ce forum a rassemblé plus de sept cent acteurs du monde paysan, politique et de la société civile. Son objectif était de renforcer les initiatives citoyennes et de servir de tremplin à un travail de plaidoyer visant à transformer les politiques agricoles nationales et européennes.


Au-delà de la grand-messe, qui a tout le mérite d’avoir été organisée, mais qui personnellement m’attire moins, c’est surtout l’intervenant du samedi matin qui m’a poussée à sortir de ma campagne pour me rendre à la capitale : Olivier De Schutter. 


Ce Professeur de droit à l’Université de Louvain-la-Neuve dont je suis également issue (fac d’agro) est également professeur à SciencePo (Paris). C’est une sommité en matière de droit, son CV de 37 pages en témoigne.


Il est devenu « célèbre » suite à ses deux mandats de rapporteur des Nations Unies sur le droit à l’alimentation. C’est d’ailleurs dans l’un de ses rapports qu’il prône l’agroécologie comme solution pour nourrir la planète de manière durable.


Avant que les débats ne commencent, j’ose l’approcher. Je lui parle alors de Frédéric Thomas et de la revue TCS, de Greenotec et du dernier article que je viens de rédiger sur le colza associé, de Regenacterre et de ses conférences pour les agriculteurs. Il semble très intéressé et prend des notes sur la couverture de la revue TCS que je viens de lui offrir.


Je suis très heureuse de vous partager également ces articles dans la rubrique « agriculture » de mon blog.

J'ai publié un compte-rendu du message qu’Olivier De Schutter a délivré lors de ce forum dans la tribune du site de l’agriculture de conservation.