vendredi 31 janvier 2020

La première cartographie mondiale des vers de terre


Un projet faramineux vient de voir le jour. 140 chercheurs du monde entier avec pour point commun « l’amour des vers de terre » ont uni leurs connaissances pour construire une énorme base de données, répertoriant les vers de terre observés lors d’études scientifiques. Premier résultat sorti : une carte du monde pointant l’abondance ainsi que la diversité des espèces observées. Cela fait pas moins de 7000 sites sur lesquels les vers de terre ont été étudiés dans 57 pays. Cette étude est tellement énorme, que la prestigieuse revue Science, vient d’en faire la page de couverture de son dernier numéro.
Découvrez les conclusions de cette étude, de manière vulgarisée, dans l'article rédigé pour la revue TCS.
Lire l'article ici
Et en bonus : le récit d'une activité de comptage des vers de terre menée avec des enfants de 5 à 8 ans chez un agriculteur. Ca se passe sur mon deuxième blog consacré exclusivement à l'agriculture de conservation des sols.

Auteur Frederique Hupin

vendredi 10 janvier 2020

Référentiel du vivre ensemble

Le citoyen lambda n’est plus du tout connecté avec la campagne et le monde agricole. Des incompréhensions naissent. Et pourtant, il suffit parfois d’expliquer simplement les choses pour désamorcer toute une série de conflits potentiels. Un outil vient d'être publié afin d'aider les communes, citoyens et agriculteurs à agir : le "Référentiel du vivre ensemble". Il a été présenté aux agriculteurs de la commune de Chaumont-Gistoux. Une histoire, parmi d'autres possibles, relatée dans L'Avenir du 23 décembre 2019.

Se procurer le référentiel.



mercredi 8 janvier 2020

Louvain Coworking Space

Un nouvel écosystème est né dans le monde du travail : celui du coworking.
Ecosystème = Ensemble composé d’un environnement donné et de toutes les espèces qui y vivent. Voici mon dernier article paru dans L'Avenir Brabant Wallon sur le Louvain Coworking Space.


Marina Evaristo


lundi 18 novembre 2019

Manger 2 oeufs par jour pendant 3 mois ... pour la science

J'aurai mangé 180 oeufs en 3 mois !

Je fais partie des volontaires d'une étude sur les oeufs. Je mange ces oeufs depuis 2 mois. Je me sens en pleine forme. J'ai même un peu maigri car les oeufs augmentent la sensation de satiété. On pourrait manger jusqu'à 4 oeufs par jour sans soucis. Excepté pour un très faible % de la population dont le métabolisme du cholestérol est défaillant. Mais ça se vérifie très vite.
Et côté bilan environnemental énergétique et protéique, c'est très bon. 

Cette étude nécessite quatre-vingts volontaires afin de valider les propriétés anti-inflammatoire et antidiabétique de ces œufs. Les scientifiques en cherchent encore. Pour faire partie des volontaires de l’étude: www.cicn.be/participer/etude-oil4egg



lundi 2 septembre 2019

Renouveler sa phytolicence

C'est la rentrée des classes pour les agriculteurs aussi. Il est temps pour certains de retourner en formation. La première échéance phytolicence arrive à grands pas. Laurence Janssens, coordinatrice de l'ASBL CORDER, fait le point dans une interview parue dans L'Avenir.
Zoom sur l'article.


mercredi 31 juillet 2019

Réduire les pesticides grâce aux systèmes d'avertissements








Cet agriculteur de Orp-Jauche réduit jusqu’à 50 % ses pesticides par rapport aux traitements systématiques. Il utilise les avertissements du CePiCOP et ses propres observations de terrain pour raisonner ses traitements phytosanitaires.


Les conseils du CePiCOP sont publiés dans la presse agricole, on peut également les recevoir gratuitement par mail. Sur les 6.300 agriculteurs wallons cultivant des céréales, 2.034 agriculteurs sont abonnés en direct au système d’avertissements.


D'autres systèmes d'avertissements existent également en Wallonie pour les autres cultures. Certains sont également fournis par des firmes privées (françaises entre autres). 


Télécharger l'article complet publié dans L'Avenir Brabant-wallon.

mardi 25 juin 2019

Un insecte qui élimine les limaces et les mauvaises herbes

Favoriser les "auxiliaires", ces insectes et autres bestioles qui aident l'agriculteur dans sa tâche de production agricole, c'est un pari fou pour certains, une évidence pour d'autres. Cet agriculteur a stoppé son utilisation d'anti-limace et d'insecticides et diminué drastiquement les fongicides dans le but de faire travailler la nature pour lui.

Mais qui est cet insecte miracle qui dévore limaces et graines d'adventices ?
Et qui est cet agriculteur qui lui fait confiance ?

C'était dans L'Avenir.

Réduction des pesticides

Réduction des pesticides


Télécharger l'article complet.

Vous pouvez retrouver l'information détaillée sur les carabes mangeurs de graines dans cet article de la revue TCS. Article écrit par la journaliste française, biologiste et ingénieur agronome Cécile Waligora.

jeudi 2 mai 2019

Semer aujourd'hui l'agriculture de demain - Planting the seeds of tomorrow's agriculture

Le système alimentaire de demain n’appartient pas soit aux agriculteurs soit aux consommateurs, les deux publics doivent se rejoindre et collaborer. Pour cela, la première étape est de se connaître afin de se comprendre. Partons pour une balade au cœur du monde agricole chez un agriculteur belge déjà en route vers l’agriculture telle qu’elle pourrait être en 2049 : l’agroécologie.

Cet article m'a été commandé par Le Green European Journal à l'occasion de la rédaction d'un numéro spécial prospectif sur ce que pourrait être l'Europe en 2049. L'ensemble de ce numéro peut être consulté ici.

Green European Journal

Beyond any one theme, the complete edition looks forward to imagine the Europe(s) to be in 2049. From the evolution of the internet and the ongoing reinvention of monetary systems to landscapes and everyday routines shaped by the climate crisis, this collection of essays, stories, and interviews seeks to capture life and society in 2049. 

mardi 5 mars 2019

Le plus gros projet agroforestier jamais implanté en Brabant-wallon vient de voir le jour


La moitié des espèces d’insectes sont en déclin dans le monde entier. La faute au changement climatique, au manque d’habitats pour les insectes, aux modes de production de l’alimentation utilisant les pesticides en grandes quantités. L’agriculture wallonne bouge, tirée vers le changement par quelques agriculteurs éco-novateurs. Claude Henricot, agriculteur à Mont-st-Guibert, en fait partie. Il vient de planter 140 arbres et 1800 arbustes sur une parcelle de 12 hectares de culture.

Du bois d’œuvre : Noyer, Merisier, Aulne, Alisier terminal, Chêne sessile, Poirier commun, Erable plane. Et des arbustes de haies : Aubépine, Charme, Cornouiller, Eglantier, Bourdaine, Viorne aubier, Néflier, Cognassier, Erable champêtre, Framboisier, Groseillers rouge, noir et à maquereaux.


Claude Henricot

Apival